La machine Barker ou le levier pneumatique

barker01Charles Barker, né à Bath (Angleterre) le 10 octobre 1806, mort à Maidstone le 26 novembre 1879, inventa vers 1832 le mécanisme qui porte son nom et qu’en France on appelle le levier pneumatique. Ne pouvant en faire bénéficier son pays, il l’offrit à Cavaillé-Coll qui construisait, alors, l’orgue de Saint-Denis.

Qu’est-ce que ce levier ?

La résistance que les touches posent aux doigts est d’autant plus forte lorsque les jeux sont plus nombreux; elle naît de la pression de l’air sur les soupapes qui rend quasi injouable les claviers accouplés dans les grands instruments mécaniques.

En fait, le mécanisme Barker consiste dans l’emploi d’un soufflet interposé entre la touche et la soupape, que le doigt de l’organiste posé sur la touche, doit faire mouvoir, afin de faire parler telle ou telle note. Ce soufflet, mis en relation avec la soufflerie par un porte-vent et une autre soupape sur laquelle agit la touche, se gonfle et exerce un effort suffisant pour vaincre la résistance de la soupape placée dans le sommier.
Ce n’est donc pas sur cette soupape à large surface que s’exerce l’effort du doigt de l’organiste mais bien sur la petite soupape alimentaire placée dans le soufflet moteur.
Chaque touche du clavier a ainsi son soufflet moteur. L’ensemble de tous ces petits moteurs distincts, groupés habilement dans un petit espace, constitue cette machine à laquelle, malgré les perfectionnements que A. Cavaillé-Coll y a apportés, a conservé avec raison le nom de machine » Barker » – (Mémoires de Aristide Cavaillé-Coll).

Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.